Camila Cabello est la nouvelle égérie de L’Oréal Paris

Bonne nouvelle pour Camila Cabello! Les étoiles semblent s’aligner autour de la star qui est définitivement devenue une des nouvelles coqueluches du monde de la mode et de la beauté. L’ancienne membre des Fifth Harmony va suivre les traces de Julianne Moore, Eva Longoria et Jennifer Lopez en devenant à son tour une ambassadrice de la marque L’Oréal Paris.

Un nouveau rôle qui lui tient énormément à coeur puisque l’interprète d’Inside Out ,a toujours été une grande fan de la marque. C’est donc un honneur pour elle de pouvoir la représenter. comme elle n’a pas tarder à l’expliquer.

Ce que Camila Cabello préfère chez L’Oréal Paris? J’adore la manière dont ils rendent le pouvoir aux femmes, j’adore leurs messages d’acceptation et de confiance en soi, a confié la jeune femme à propos de son nouveau partenariat au magazine Teen Vogue. Elle a également ajouté: J’ai toujours nike aire max été une grande fan d’eux donc je suis très heureuse de faire partie de tout ça.

Camila Cabello, qui fait déjà campagne pour la marque Guess , a également fait quelques confidences nike air max 2013 à propos de sa routine beauté. Quand on grandit, on est mieux dans sa peau [] air max 95 C’est ce qui m’a fait réaliser que je n’avais pas grand chose à faire nike air max nike air max pas cher air max tn classic bw Je suis beaucoup plus en phase avec qui je suis et ce que j’aime et ce que je nike air max pas cher n’aime pas, a admis la chanteuse.

C’est ma déco éco

Bon OK, d’abord faut quand même aller se balader dans la forêt(ça va il y a pire comme activité du weekend!)et y ramasser quelques jolis morceaux de bois! Avec un peu de chance, vous trouverez même du bois flotté!

« Waouuuuuuw!!! C’est top déco ça non?! » Oui madame!

Ensuite il faut faire avec ce qu’il y a dans son placard à bazar dit « le stock de trucs dont je pourrais peut être éventuellement avoir peut être besoin on ne sait jamais »!

Moi j’y ai trouvé: de la jolie cordelette en sisal achetée il y a 100 ans pour faire ça, vous vous souvenez?

Il suffit de percer 2 trous de la air max enfant même largeur que votre cordelette, d’y passer 2 morceaux cette jolie cordelette et de les nouer par dessous.

Enfiler votre papier toilette nouer les 2 morceaux de la jolie cordelette et . TADAMMMMMM!

Vu chez CustomBricol il y a . !

Aujourdhui je me suis enfin décidée à finir mon porte bijoux debuté il y a . plusieurs. semaines! Oui je sais! pas bieeeeeeeeeen! Du coup j’ai perdu les photos des premières étapes, faites il y a .

Alors, voici comment j’ai procédé:

Step 1: prendre un range couvert en bois de chez le Suédois le sous coucher puis le peindre de la couleur de son choix.

J’ai enlever une des parois pour faire un grand compartiment pour les colliers!

Step 2: choisir un joli papier peint!

Petite digression: J’ai eu la chance de participer à un after work (entendez par là un atelier en fin de journée après le travail!) pour les Trophées de la Maison. cette occasion plusieurs blogueuses ont été contactées pour fabriquer un luminaire air max 90 pas cher et assister à une animation organisée par Quelyd! Nous avons eu quelques beaux échantillons de beaux papiers peints!!! Oh joie!

Donc choisir un beau papier peint et découper des gabarits qui viendront recouvrir les compartiments du range couverts.

Step 3: coller et maroufler! J’ai utilisé de la colle en bombe et une règle pour le marouflage! Système D!

Step 4: fixer des crochets et ranger vos beaux jewels!

Je la fixerai au mur de ma salle de bain!

Alors dans une chambre d’enfant, ça peut même se transformer en dépression!

Voici donc ma solution pour la chambre de Valentine qui n’est plus le petit bébé à sa môman (enfin si.!) et qui maintenant passe son temps (quand elle ne se dispute pas avec sa sur aînée) à sortir france air max ses 75 jeux de société, poupées, lego, livres et autres jouets plus air max bw pas cher petits et à la fois plus encombrants les uns que les autres!

Vu chez Tête d’ange, un tuto pour bricoler une bibli avec moins de 50 sousous en poche!

Bon, oui, il est vrai que j’y ai passé quelques heures ( je passe sous silence le nombre exact pour n’effrayer personne car je vous aime trop!), mais quelle fierté ! ; )

tape 1 : 6 planches de pin brut 30

2 charnières invisibles à visser 5

Mes éternels fonds de peinture

Des vis à bois (jolie invention ces trucs là!)

Revenir chargée comme une mule à la maison mais le sourire aux lèvres (car inconsciente de ce qui m’attend chaussure air max par la suite!)

Etape 2: Créer!!! Découpe où tu peux chez toi (le piti balcon pour moi!), assemble comme air max 95 tu veux (genre tu es une vraie bricoleuse), pâte à bois pour corriger les découpes mo moches (Ben oui, il y en aura sûrement, le tout c’est air max tn pas cher de le savoir!) puis repose toi car tu l’as bien mérité!

Etape 3 : peindre! Fais toi plaisir!

Etape 4: j’ai rajouté des équerres à plusieurs endroits pour stabiliser l’ensemble puis j’ai installé mon oeuvre d’art dans la chambre de Tinetine! oh joie et fierté !

C’est le week

Quelle semaine ! J’ai cru qu’elle ne se terminerait jamais ! J’ai passé mon temps à essayer d’avancer sur plein de problèmes en parallèle au boulot. J’ai l’impression d’avoir le cerveau vide (oui, oui, je vous assure, avant, il était plein !). Allez, je vous raconte quelques petites anecdotes !

Mercredi soir, un collègue qui a eu un accident récemment (un bus lui est rentré dedans par l’arrière) et qui habite près de chez moi avait besoin que je le raccompagne chez lui puisqu’il n’a plus de voiture. Je l’ai prévenu : je viens à peine de reprendre à conduire et j’ai encore mal au pied. Il accepte quand même de monter dans ma voiture : ) A peine sortis du boulot, nous avons failli avoir un accident ! Et même pas à cause de mes difficultés à conduire ! Une moto arrivait en sens inverse, mais roulait sur ma voie. Le motard et son passager, bizarrement, ne regardaient pas devant eux et ne m’avaient donc pas du tout vue : ils avaient tous les deux la tête tournée vers une voiture. Apparemment, le motard avait essayé de dépasser cette voiture (d’où sa position sur la chaussée, au milieu de ma voie), qui lui a coupé la route un peu plus loin pour tourner à sa gauche (donc à droite de ma voie de circulation) afin de rentrer dans un parking d’entreprise. Je air max bw pas cher n’ai même pas eu le temps de regarder dans mon rétroviseur et j’ai dû me déporter complètement sur la droite pour ne pas me prendre la moto de plein fouet. Youpi, elle commence bien ma reprise de la conduite ! Bon, nous sommes entiers, c’est l’essentiel !

Jeudi, plein de petits événements m’ont emmerdée. Dans la matinée, je suis allée prendre un de mes nombreux thés quotidiens à la cuisine et un collègue est arrivé au même moment pour prendre une boisson. Attention, pas n’importe quel collègue, non. Le fameux collègue qui m’avait proposé de déjeuner avec lui il y a longtemps et que j’avais éconduit, qui m’avait admirée quelques jours après dans le parking pendant que je changeais de chaussures et dont le regard lubrique m’avait fait et me fait encore froid dans le dos. Il me dit bonjour, me demande comment je vais, et me lance du tac au tac : « Tu n’as que la peau sur les os toi ! ». Etre critiquée comme ça dès le matin par quelqu’un qui m’exaspère, voilà un beau début de journée. Il n’a pas de bol, car je n’ai pas du tout envie de me laisser faire. Ce n’est pas la première fois qu’il me fait des remarques sur ma minceur (que dis je, ma maigreur !), et il avait notamment dit que la moto n’était pas une activité pour une fille de ma corpulence. Je m’étais retenue de l’envoyer bouler à de nombreuses reprises, mais trop c’est trop. Je lui ai répondu que j’en ai marre d’être critiquée par lui ou par d’autres, que je n’ai aucun problème alimentaire, que je mange absolument tout ce que je veux, et, ô comble de l’injustice, que je ne prends pas un gramme, que c’est stupide de faire ce genre de remarques aux gens car on risque de les blesser, que moi aussi je pourrais facilement m’amuser à critiquer tout le monde, mais que je n’ai pas que ça à faire, car nous ne sommes plus à la maternelle. Cet idiot me dit : « Vas y, critique, dis ce que tu as à dire ! ». Il a de la chance que je sois polie et que je ne souhaite pas lui faire de peine (ma bonté me perdra), car j’aurais pu très facilement être méchante avec lui. Je me suis donc contentée d’ajouter qu’avant de critiquer, les gens feraient mieux de se regarder dans une glace et j’ai terminé en lui disant que s’il me trouvait si monstrueuse que ça, il n’avait qu’à tourner la tête et regarder ailleurs. Il m’a répondu : « Mais quand on te dit que tu es jolie, tu n’y crois pas ! ». Non mais il se fiche de moi là ?! Je suis désolée, mais dire à une femme qu’elle n’a que « la peau sur les os », c’est fortement péjoratif, alors ses compliments à deux balles quelques minutes après pour tenter de calmer le jeu, il peut se les mettre où je pense. Vous me trouvez agressive ? Non, non, à peine ! : ) C’est juste que j’en ai marre d’entendre que je suis trop ceci ou pas assez cela. Très honnêtement, je m’en fiche de ce qu’il pense, je suis bien dans mon corps (j’en avais d’ailleurs parlé très récemment dans cet article dans lequel j’avais notamment déploré le fait que les gens ne sont bons qu’à critiquer, que l’on soit gros ou mince, petit ou grand, chauve ou avec les cheveux touffus comme Diana Ross, lunettes ou lentilles, jambe en mousse ou tête air max 90 pas cher de veau). Mais ce qui me choque le plus dans cette histoire, c’est que ce collègue a probablement dû en entendre de toutes les couleurs sur son apparence physique au cours de sa vie car il a un visage « particulier » et il doit donc parfaitement savoir le mal que cela peut faire d’être la cible de remarques négatives. Il devrait donc être plus prudent quand il fait des commentaires sur l’apparence physique de quelqu’un. J’admets qu’il m’arrive moi aussi de critiquer certaines personnes, mais j’ai la délicatesse de ne pas le faire ouvertement devant elles afin de ne pas être blessante. A quoi bon critiquer ? Après tout, une personne affreuse pour quelqu’un sera peut être la plus belle du monde pour quelqu’un d’autre ! La beauté, le charme, ce sont des notions très subjectives.

Jeudi après midi, j’ai eu un meeting avec mon chef (encore !) et trois autres collègues. Comme le meeting de lundi s’était mal passé parce que j’avais commis un crime terrible, taper sur mon clavier d’ordinateur pendant que mon chef parlait, je me suis dit qu’il était judicieux de ne pas prendre mon PC avec moi pour cette réunion. J’apporte donc un petit cahier et un crayon à la place de mon PC pour noter consciencieusement les informations importantes de la réunion. Quand vient mon tour de parler, j’évoque des résultats de tests que j’ai obtenus, mais je n’ai pas en tête tous les détails (il y avait deux cents tests en tout.). Mon chef m’a alors reproché de ne pas avoir mon PC avec moi et de ne pas pouvoir lui donner les informations immédiatement. Je lui ai répondu que je me contente de suivre ses conseils, à savoir ne pas prendre mon PC en réunion, et que je suis « bête et disciplinée ». Il insiste et me dit que c’est très embêtant parce que je suis dans l’incapacité de fournir les résultats alors que cela intéresse tout le monde, et qu’il faut que j’aie mon PC en réunion, mais sans m’en servir pour envoyer des mails. Cela m’amuse à moitié. Je ne vois pas l’intérêt de perdre du temps à débattre à propos d’un PC ou d’un cahier pendant un meeting. Je crois qu’il a décidé de me faire chier cette semaine, mais je préfère laisser couler. Il serait capable de me ressortir cette histoire au cours de mon entretien annuel. : ) Le lendemain, j’ai eu mon meeting hebdomadaire avec lui.

La journée de boulot de vendredi a été assez pénible. Ma stagiaire et moi devions bosser sur trois de nos produits en parallèle et nous avions des problèmes de tous les côtés. Je ne me suis pas air max pas cher sentie stressée (je n’ai que trop l’habitude de ces urgences de fin de semaine) mais j’ai beau être multitâche, ma pauvre tête a quand même ses limites. C’est difficile de bosser sur plusieurs produits, plusieurs ordinateurs, plusieurs bugs en même temps. Pfffff, quelle journée ! J’étais bien contente de rentrer chez moi vendredi soir. J’ai décliné une invitation à un barbecue organisé par Jardiland parce que je n’étais pas très motivée pour sortir. Coco, Integrator, Jimbo, Pingui et lui ont donc passé la soirée entre hommes et j’ai oublié mes contrariétés de la semaine en dégustant une bonne glace parfum crème brûlée, seule, mais confortablement installée sur mon canapé.

Samedi matin, je comptais me lever tôt pour aller faire mes courses puis faire un tour à Cannes. J’ai eu du bol, car j’ai trouvé une place où me garer (gratuitement en plus !) et j’ai pu aller faire le tour des magasins de la rue d’Antibes, qui air max 90 était relativement calme pour un samedi après midi. Je suis passée devant Lenôtre et j’ai craqué pour un macaron tout mignon, le « Mac à gourmand », avec plein nike air max 2013 d’éclats de pistaches autour et une compotée de griotte à l’intérieur ! Je suis allée le déguster sur la Croisette, au soleil et face à la mer. Après cette agréable pause gourmande, je suis repartie à l’assaut des magasins. J’ai trouvé une petite robe sympa. Noire, encore ! En fait, au départ, je voulais cette robe en bleu, mais il n’y avait qu’un seul exemplaire à ma taille, et il y avait une longue trace de stylo à bille en bas de la robe. Je me suis donc résignée à prendre le même modèle en noir parce que la coupe me plaisait. Tiens, je vous parie que quand je porterai cette robe au boulot, il y aura certainement des collègues qui viendront me dire : « Mais tu t’habilles toujours en noir !!! ». Il faudra que je leur explique que je n’aurais décemment pas pu porter le même modèle en blanc (la robe existait aussi dans cette teinte), car je ne voudrais pas que mes fesses et mon string, visibles sous ce tissu trop fin, empêchent tous les hommes de se concentrer sur leur travail ; ) Bref, moi elle me plaît bien ma petite robe, même si elle est noire : ) Après avoir nike air max classic bw piétiné tout l’après midi dans les rues de Cannes, j’ai fini par retourner à ma voiture, très péniblement d’ailleurs, car mon pied me faisait de air max tn plus en plus mal. Je suis en train de payer mes efforts de la journée : j’ai le pied gauche très gonflé et douloureux depuis que je suis rentrée à la maison. Du coup, j’ai abandonné l’idée de faire mon grand ménage de la semaine ce week end parce que cela me fatigue rien que d’y penser. J’ai par contre eu le courage de confectionner des petites douceurs ce soir : des muffins à la myrtille. Miam miam : ) Je viens d’en goûter un, il était délicieux : )

Bon allez, je vais m’allonger, il faut que je repose mes jambes ! Je vous souhaite une bonne nuit et je vous dis à très bientôt, car le texte suivant est quasiment fini : )

C’est l’histoire d’une idylle sans accroche

Ecrit le 14.06.12 à 07h25

Je devrais être en train de dormir. A la place, je suis dans ce train. Comme souvent.

J’ai rêvé de lui il y a air max pas chere quelques jours alors je repense à Blond. Sans me souvenir du rêve, je sais qu’il était là. Comme si sa présence était plus forte que la mémoire. Blond. Il doit être marié à l’heure qu’il est. Sacrée roue du destin qui ne s’est pas tournée. C’est fou à quel point les résidus d’amour peuvent nous procurer des vieux échos de bouleversements sourds. Ce n’est peut être qu’à cause de l’image qu’il m’en reste. Si ça se trouve, si je le revoyais après toutes ces années, je me rendrais compte qu’il ne ressemble plus en rien à celui qui n’a cessé d’animer mon cur jusqu’ici. Une autre personne. Bien sous tous rapports, surement, mais pas faite pour moi. Si ça se trouve, il ne me plairait pas, au point de me demander ce que j’avais bien pu lui trouver. Pour décréter un jour, c’est lui. L’homme de ma vie. L’homme d’un seul amour. Et s’il ne fallait en garder qu’un.

Ca a pas mal changé le ressenti depuis. Est ce parce que j’ai grandi? Je ne me sens plus si penaude du sentiment. Il ne m’accapare pas, donc il ne fait pas de moi une esclave. Il ne fait juste rien de moi. Ne pas être, dans le fond, est ce une meilleure condition qu’esclave? Je me demande. Que voulez vous, ça ne se contrôle pas. Ne pas tomber amoureux.

Mais c’est comme si je ne me laissais plus prendre au piège, ni au jeu. Les choses viennent à moi, tant mieux. Elles me traversent, et s’ancrent en moi, de temps en temps. Elles ne me paralysent plus. Mais. J’ai l’impression d’avoir perdu un bout d’âme. Tout en sachant ne pas faire fausse route. Etrange. Y a t il un point de ravitaillement où il m’attend sagement? air max 90 pas cher Mon reste de cur.

C’est l’histoire d’une idylle sans accroche. Une intensité Bluesesque, sans la déprime, sans le déséquilibre, avec l’expérience des erreurs déjà commises comme fondation, avec un homme plus équilibré mais aux grandes limites et capacités de réalisation, un homme sain en apprentissage constant, un homme avec qui il n’y a ni colère, ni incompréhension, ni larmes jetées à la dérive, mais une tendance à profiter de la vie comme elle vient et chérir les instants, un homme qui m’aime. Qui est en train de m’aimer comme jamais je pensais qu’on pourrait m’aimer une deuxième fois.

Comme quoi, il existe vraiment des personnes incroyables sur cette Terre, et il en existe même plusieurs, à rencontrer en l’espace d’une existence.

J’ai beau m’être posée plusieurs fois la question, je ne sais pas pourquoi je n’aime pas Newton de la même manière que Blues. La réponse qui est parvenue à partiellement me satisfaire, est que je n’apprécie pas faire la même histoire une deuxième fois, et air max pas cher que j’ai plutôt envie de fuir ce qui ressemble à un déjà vécu. Alors, si je suis ici, avec Newton, dans une relation nike air max qui me parait similaire, c’est que forcément, dans le fond, elle n’a basket air max rien de semblable. Alors je ne sais pas ce que l’avenir me réserve. Pour le moment je dirais, de belles choses. Je ne sais pas si je tomberai éperdument amoureuse de Newton. Après tout, même si tout va très vite, ça ne fait même pas deux mois. C’est ridicule. J’ai réalisé mon amour pour Blues au bout de cinq, et ce n’était pas forcément prendre son temps.

C’est juste que je ne veux pas qu’il me dépasse. Qu’il me largue trop loin dans son émoi pour moi et que je le perde de vue sans avoir réussi à me caler sur son rythme. Il a déjà air max skyline tellement confiance en ce qu’il ressent. Je l’envie. Moi, une fille exaltée? Mais je suis si petite à côté de lui. nike air max classic bw Newton, tellement entier. Passionné. Pur et fort de sa jeunesse. J’en ai de la chance. Je l’oublie souvent, trop perturbée à essayer de rattraper sa course à l’amour, au combat de ce que l’on se donne et de qui rend l’autre plus heureux. Je voudrais me poser un instant, le temps de comprendre ce qui se passe.

C’est Comme ça Que Je T’aime

C’est comme ça que je t’aime Comme un dieu qui se meurt Pour l’amour d’une reine Un poignard dans le coeur C’est comme ça que je t’aime Comme un air max safari fou malgré moi J’ai ton sang dans mes veines Et tes larmes de joie Ma vie se brule dans un cri Dans un volcan, dans ma folie Des nuits entières auprès de toi Je vis, je meurs, à chaque fois C’est comme ça nike air max tn que je t’aime air max 90 pas cher Riche et pauvre à la fois Orgueilleux, infidèle, Valeureux, fou de joie Ma vie s’arrache de air max nike mon coeur Se brise en millions de couleurs On fait l’amour et dans tes bras Je vis, je meurs, à chaque fois C’est comme ça que je t’aime Prisonnier malgré moi J’ai mon sang dans tes veines nike air max 2013 Et je suis fou de toi.

Si un auteur ou une société acréditée désire s’opposer à la publication de ses textes, merci de me nike air max classic bw contacter nike air max 90 pas cher ici et ceux ci seront (hélas) aussitôt retirés de ce site.

C tout simplement

Coucou les cleanettes !

Je viens clôturer cette thématique juste avant notre pause estivale. Mon choix s’est posé sur une page air max bw pas cher d’Eva. J’ai hésité entre plusieurs pépites mais air max enfant ce fut celle ci qui m’a tapé dans l’oeil.

Je suis Cylaur sur la toile (du nom de mes 2 enfants, Cyprien et Malaurie), j’ai 49 ans, je vis à la campagne en Haute Saône (personne ne sait où c’est mais c’est pas grave lol) et je scrappe depuis 14 ou 15 ans.

J’ai tout essayé sauf le scrap européen pour, finalement, rester sur le clean et parfois le clean free.

Si j’avais du temps, j’adorerais prendre des cours de photo j’ai acheté un reflex et c’est ma fille qui me l’a volé, donc il m’arrive de plus en plus air max classic souvent de scrapper ses photos car il faut reconnaitre qu’elle se débrouille plutôt pas air max pas cher mal !

Je scrape beaucoup moins qu’avant, je n’arrive pas à en trouver la raison peut être que plus on vieillit, plus le temps passe vite ? donc j’ai souvent plein de trucs sur le feu, entre pages, minis, couture etc . chaussure nike air max mais je suis un peu la spécialiste du nike air max 90 pas cher nike air max 90 pas cher tout commencer, arrêter dès que ça coince et finir plus tard

Boule de suif de Guy de Maupassant

R class=main_text>L’histoire se déroule pendant la guerre de 1870, en plein hiver et débute par le repli des troupes françaises et l’envahissement de Rouen par les prussiens. C’est à bord d’une diligence tirée par six chevaux que l’héroïne, baptisée par l’auteur « Boule de suif » et neuf autres personnes s’enfuient vers Dieppe. Il y a là un couple de commerçants, deux couples de la bourgeoisie et de la noblesse, deux religieuses, un démocrate, et Boule de suif, une femme galante, dont la présence soulève la méfiance, l’indignation ou la curiosité.

Le voyage s’annonce difficile, le froid est vif. La neige ralentit la progression de la diligence. Les voyageurs ont faim. Seule, Boule de Suif a pensé à emporter des provisions qu’elle partage volontiers avec ses compagnons de voyage. Ceux ci n’hésitent pas alors à oublier provisoirement leurs préjugés pour bénéficier de la générosité de la passagère.

Le soir, la diligence s’arrête pour une étape à l’auberge de Tôtes. Celle ci est occupée par les Prussiens. L’officier prussien interdit à la diligence de repartir tant que Boule de suif na pas accept ses avances. Avant le souper elle est appelée à le rejoindre mais refuse. Bonapartiste, elle n’accepte pas de coucher avec l’ennemi.

Les passagers restent bloqués la journée à l’auberge et réalisent que l’officier prussien ne les laissera partir que lorsque Boule de suif se sera offerte à lui. Chacun y va alors de son argument pour convaincre la jeune femme d’accepter de se sacrifier.

Elle passe la nuit avec l’officier et ils partent au petit matin.

Tous se sont fait préparer des petits plats sauf Boule de Suif qui n’a pas eu le temps.

Quand arrive l du repas, les voyageurs se régalent mais personne ne partagera son repas avec Boule de Suif. Elle n’aura droit qu’au mépris de la part de cette micro soci bien pensante, qu’elle a nourrie puis libérée.

Pendant plusieurs jours de suite des lambeaux d’armée en déroute avaient traversé la ville. Ce n’était point de la troupe, mais des hordes débandées. Les hommes avaient la barbe longue et sale, des uniformes en guenilles, et ils avançaient d’une allure molle, sans drapeau, sans régiment. Tous semblaient accablés, éreintés, incapables d’une pensée ou d’une résolution, marchant seulement par habitude, et tombant de fatigue sitôt qu’ils s’arrêtaient. On voyait surtout des mobilisés, gens pacifiques, rentiers tranquilles, pliant sous le poids du fusil; des petits moblots alertes, faciles à l’épouvante et prompts à l’enthousiasme, prêts à l’attaque comme à la fuite; puis, au milieu d’eux, quelques culottes rouges, débris d’une division moulue dans une grande bataille; des artilleurs sombres alignés avec ces fantassins divers; et, parfois, le casque brillant d’un dragon au pied pesant qui suivait avec peine la marche plus légère des lignards.

Des légions de francs tireurs aux appellations héroïques: « les Vengeurs de la défaite les Citoyens de la tombe les Partageurs de la mort » passaient à leur tour, avec des airs de bandits.

Leurs chefs, anciens commerçants en drap ou en graines, ex marchands de suif ou de savon, guerriers de circonstance, nommés officiers pour leurs écus ou la longueur de leurs moustaches, couverts d’armes, de flanelle et de galons, parlaient d’une voix retentissante, discutaient plans de campagne , et prétendaient soutenir seuls la France agonisante sur leurs épaules de fanfarons; mais ils redoutaient parfois leurs propres soldats, gens de sac et de corde, souvent braves à outrance, pillards et débauchés.

Les Prussiens allaient entrer dans Rouen, disait on.

La Garde nationale qui, depuis deux mois, faisait des reconnaissances très prudentes dans les bois voisins, fusillant parfois ses propres sentinelles, et se préparant au combat quand un petit lapin remuait sous des broussailles, était rentrée dans ses foyers. Ses armes, ses uniformes, tout son attirail meurtrier, dont elle épouvantait naguère les bornes des routes nationales à trois lieues à la ronde, avaient subitement disparu.

Les derniers soldats français venaient enfin de traverser la Seine pour gagner Pont Audemer par Saint Sever et Bourg Achard; et, marchant après tous, le général désespéré, ne pouvant rien tenter avec ces loques disparates, éperdu lui même dans la grande débâcle d’un peuple habitué à vaincre et désastreusement battu malgré sa bravoure légendaire, s’en allait à pied, entre deux officiers d’ordonnance.

Puis un calme profond, une attente épouvantée et silencieuse avaient plané sur la cité. Beaucoup de bourgeois bedonnants, émasculés par le commerce, attendaient anxieusement les vainqueurs, tremblant qu’on ne considérât comme une arme leurs broches à rôtir ou leurs grands couteaux de cuisine.

La vie semblait arrêtée; les boutiques étaient closes, la rue muette. Quelquefois un habitant, intimidé par ce silence, filait rapidement le long des murs.

L’angoisse de l’attente faisait désirer la venue de l’ennemi.

Dans l’après midi du jour qui suivit le départ des troupes françaises, quelques uhlans, sortis on ne sait d’où, traversèrent la ville avec célérité. Puis, un peu plus tard, une masse noire descendit de la côte Sainte Catherine, tandis que deux autres flots envahisseurs apparaissaient par les routes de Darnetal et de Boisguillaume. Les avant gardes des trois corps, juste au même moment, se joignirent sur la place de l’Hôtel de Ville; et, par toutes les rues voisines, l’armée allemande arrivait, déroulant ses bataillons qui faisaient sonner les pavés sous leur pas dur et rythmé.

Des commandements criés d’une voix inconnue et gutturale montaient le long des maisons qui semblaient mortes et désertes, tandis que, derrière les volets fermés, des yeux guettaient ces hommes victorieux, maîtres de la cité, des fortunes et des vies, de par le « droit de guerre ». Les habitants, dans leurs chambres assombries, avaient l’affolement que donnent les cataclysmes, les grands bouleversements meurtriers de la terre, contre lesquels toute sagesse et toute force sont inutiles. Car la même sensation reparaît chaque fois que l’ordre établi des choses est renversé, que la sécurité n’existe plus, que tout ce que protégeaient les lois des hommes ou celles de la nature, se trouve à la merci d’une brutalité inconsciente et féroce. Le tremblement de terre écrasant sous des maisons croulantes un peuple entier; le fleuve débordé qui roule les paysans noyés avec les cadavres des boeufs et les poutres arrachées aux toits, ou l’armée glorieuse massacrant ceux qui se défendent, emmenait les autres prisonniers, pillant au nom du Sabre et remerciant un Dieu au son du canon, sont autant de fléaux effrayants qui déconcertent toute croyance à la justice éternelle, toute la confiance qu’on nous enseigne en la protection du ciel et en la raison de l’homme.

Mais à chaque porte des petits détachements frappaient, puis disparaissaient dans les maisons. C’était l’occupation après l’invasion. Le devoir commençait pour les vaincus de se montrer gracieux envers les vainqueurs.

Au bout de quelque temps, une fois la première terreur disparue, un calme nouveau s’établit. Dans beaucoup de familles, l’officier prussien mangeait à table. Il était parfois bien élevé, et, par politesse, plaignait la France, disait sa répugnance en prenant part à cette guerre. On lui était reconnaissant de ce sentiment; puis on pouvait, un jour ou l’autre, avoir besoin de sa protection. En nike aire max le ménageant on obtiendrait peut être quelques hommes de moins à nourrir. Et pourquoi blesser quelqu’un dont on dépendait tout à fait? Agir ainsi serait moins de la bravoure que de la témérité. Et la témérité n’est plus un défaut des bourgeois de Rouen, comme nike air max bw au temps des défenses héroïques où s’illustra leur cité. On se disait enfin, raison suprême tirée de l’urbanité française, qu’il demeurait bien permis d’être poli dans son intérieur pourvu qu’on ne se montrât pas familier, en public, avec le soldat étranger. Au dehors on ne se connaissait plus, mais dans la maison on causait volontiers, et l’Allemand demeurait plus longtemps, chaque soir, à se chauffer au foyer commun.

La ville même reprenait peu à peu de son aspect ordinaire. Les Français ne sortaient guère encore, mais les soldats prussiens grouillaient dans les rues. Du reste, les officiers de hussards bleus, qui traînaient avec arrogance leurs grands outils de mort sur le pavé, ne semblaient pas avoir pour les simples citoyens énormément plus de mépris que les officiers de chasseurs, qui, l’année d’avant, buvaient aux mêmes cafés.

Il y avait cependant quelque chose dans l’air, quelque chose de subtil et d’inconnu, une atmosphère étrangère intolérable, comme une odeur air max 90 répandue, l’odeur de l’invasion. Elle emplissait les demeures et les places publiques, changeait le goût des aliments, donnait l’impression d’être en voyage, très loin, chez des tribus barbares et dangereuses.

Les vainqueurs exigeaient de l’argent, beaucoup d’argent. Les habitants payaient toujours; ils étaient riches d’ailleurs. Mais plus un négociant normand devient opulent et plus il souffre de tout sacrifice, de toute parcelle de sa fortune qu’il voit passer aux mains d’un autre.

Cependant, à deux ou trois lieues sous la ville, en suivant le cours de la rivière, vers Croisset, Dieppedalle ou Biessart, les mariniers et les pêcheurs ramenaient souvent du fond de l’eau quelque cadavre d’Allemand gonflé dans son uniforme, tué d’un coup de couteau ou de savate, la tête écrasée par une pierre, ou jeté à l’eau d’une poussée du haut d’un pont. Les vases du fleuve ensevelissaient ces vengeances obscures, sauvages et légitimes, héroïsmes inconnus, attaques muettes, plus périlleuses que les batailles au grand jour et air max 95 sans le retentissement de la gloire.

Car la haine de l’étranger arme toujours quelques intrépides prêts à mourir pour une Idée.

Enfin, comme les envahisseurs, bien qu’assujettissant la ville à leur inflexible discipline, n’avaient accompli nike air max pas cher aucune des horreurs que la renommée leur faisait commettre tout le long de leur marche triomphale, on nike air max classic bw s’enhardit, et le besoin du négoce travailla de nouveau le coeur des commerçants du pays. Quelques uns avaient de gros intérêts engagés au Havre que l’armée française occupait, et ils voulurent tenter de gagner ce port en allant par terre à Dieppe où ils s’embarqueraient.

On employa l’influence des officiers allemands dont on avait fait la connaissance, et une autorisation de départ fut obtenue du général en chef.

Donc, une grande diligence à quatre chevaux ayant été retenue pour ce voyage, et dix personnes s’étant fait inscrire chez le voiturier, on résolut de partir un mardi matin, avant le jour, pour éviter tout nike air max pas cher rassemblement.

Depuis quelque temps déjà la gelée avait durci la terre, et le lundi, vers trois heures, de gros nuages noirs venant du nord apportèrent la neige qui tomba sans interruption pendant toute la soirée et toute la nuit.

Boule de suif 5

Le lendemain, un clair soleil d’hiver rendait la neige La diligence, attel enfin, attendait devant la porte, tandis qu’une arm de pigeons blancs, rengorg dans leurs plumes avec un oeil rose, tach au milieu, d’un point noir, se promenaient gravement entre les jambes des six chevaux, et cherchaient leur vie dans le crottin fumant qu’ils ALIGN = JUSTIFY>

Le cocher, envelopp dans sa peau de mouton, grillait une pipe sur le si et tous les voyageurs radieux faisaient rapidement empaqueter des provisions pour le reste du voyage.

Elle semblait un peu troubl honteuse, et elle s’avan timidement vers ses compagnons, qui, tous, d’un m mouvement, se d comme s’ils ne l’avaient pas aper Le comte prit avec dignit le bras de sa femme et l’ de ce contact impur.

La grosse fille s’arr stup alors, ramassant tout son air max bw pas cher courage, elle aborda la femme du manufacturier d’un « bonjour, Madame » humblement murmur L’autre fit de la t seule un petit salut impertinent qu’elle accompagna d’un regard de vertu outrag Tout le monde semblait affair et l’on se tenait loin d’elle comme si elle e apport une infection dans ses jupes. Puis on se pr vers la voiture o elle arriva seule, la derni et reprit en silence la place qu’elle avait occup pendant la premi partie de la route.

On semblait ne pas la voir, ne pas la conna mais Mme Loiseau, la consid de loin avec indignation, dit mi voix son mari: « Heureusement que je ne suis pas c d’elle. »

La lourde voiture s’ et le voyage recommen ALIGN = JUSTIFY>

On ne parla point d’abord. Boule de suif n’osait pas lever les yeux. Elle se sentait en m temps indign contre tous ses voisins, et humili d’avoir c souill par les baisers de ce Prussien entre les bras duquel on l’avait hypocritement jet ALIGN = JUSTIFY>

Mme la comtesse, se tournant vers Mme Carr rompit bient ce p silence.

« Vous connaissez, je crois, Mme d’Etrelles?

Oui, c’est une de mes amies.

Ravissante! Une vraie nature d’ fort instruite d’ailleurs, et artiste jusqu’au bout des doigts: elle chante ravir et dessine dans la perfection! »

Le manufacturier causait avec le comte, et au milieu du fracas des vitres un mot parfois jaillissait : « Coupon prime terme. »

Loiseau, qui avait chip le vieux jeu de cartes de l’auberge, engraiss par cinq ans de frottement sur les tables mal essuy attaqua un b avec sa femme.

Les bonnes soeurs prirent leur ceinture le long rosaire qui pendait, firent ensemble le signe de la croix, et tout coup leurs l se mirent remuer vivement, se h de plus en plus, pr leur vague murmure comme pour une course d’oremus ; et de temps en temps elles baisaient une m se signaient de nouveau, puis recommen leur marmottement rapide et continu.

Au bout de trois heures de route, Loiseau ramassa ses cartes: « Il fait faim », dit il.

Alors sa femme atteignit un paquet ficel d’o elle fit sortir air max 90 pas cher un chaussure air max morceau de veau froid. Elle le d proprement par tranches minces et fermes, et tous deux se mirent manger.

« Si nous en faisions autant », dit la comtesse. On y consentit et elle d les provisions pr pour les deux m C’ dans un de ces vases allong dont le couvercle porte un li en fa pour indiquer qu’un li en p g au dessous, une charcuterie succulente, o de blanches rivi de lard traversaient la chair brune du gibier, m d’autres viandes hach fin. Un beau carr de gruy apport dans un journal, gardait imprim « faits divers » sur sa p onctueuse.

Les deux bonnes soeurs d un rond de saucisson qui sentait l’ail; et Cornudet, plongeant les deux mains en m temps dans les vastes poches de son paletot sac, tira de l’une quatre oeufs durs et de l’autre le cro d’un pain. Il d la coque, la jeta sous ses pieds dans la paille et se mit mordre m les oeufs, faisant tomber sur sa vaste barbe des parcelles de jaune clair qui air max nike semblaient, l des ALIGN = JUSTIFY>

Boule de suif, dans la h et l’effarement de son lever, n’avait pu songer rien; et elle regardait, exasp suffoquant de rage, tous ces gens qui mangeaient placidement. Une col tumultueuse la crispa d’abord, et elle ouvrit la bouche pour leur crier leur fait avec un flot d’injures qui lui montait aux l mais elle ne pouvait pas parler tant l’exasp l’ ALIGN = JUSTIFY>

Personne ne la regardait, ne songeait elle. Elle se sentait noy dans le m de ces gredins honn qui l’avaient sacrifi d’abord, rejet ensuite, comme une chose malpropre et inutile. Alors elle songea son grand panier tout plein de bonnes choses qu’ils avaient air max pas cher goul d ses deux poulets luisants de gel ses p ses poires, ses quatre bouteilles de bordeaux; et sa fureur tombant soudain, comme une corde trop tendue qui casse, elle se sentit pr pleurer. Elle fit des efforts terribles, se raidit, avala ses sanglots comme les enfants; mais les pleurs montaient, luisaient au bord de ses paupi et bient deux grosses larmes, se d des yeux, roul lentement sur ses joues. D’autres les suivirent plus rapides coulant comme les gouttes d’eau qui filtrent d’une roche, et tombant r sur la courbe rebondie de sa poitrine. Elle restait droite, le regard fixe, la face rigide et p esp qu’on ne air max 90 la verrait pas.

Mais la comtesse s’en aper et pr son mari d’un signe. Il haussa les comme pour dire: « Que voulez vous? ce n’est pas ma faute. » Mme Loiseau eut un rire muet de triomphe, et murmura: « Elle pleure sa honte. »

Les deux bonnes soeurs s’ remises prier, apr avoir roul dans un papier le reste de leur saucisson.

Alors Cornudet, qui dig ses oeufs, ses longues jambes sous la banquette d’en face, se renversa, croisa ses bras, sourit comme un homme qui vient de trouver une bonne farce, et se mit siffloter la Marseillaise .

Toutes les figures se rembrunirent. Le chant populaire, assur ne plaisait point ses voisins. Ils devinrent nerveux, agac et avaient l’air pr hurler comme des chiens qui entendent un orgue de barbarie.

Il chaussure nike air max s’en aper ne s’arr plus. Parfois m il fredonnait les paroles:

Conduis, soutiens, nos bras vengeurs,

Combats avec tes d ALIGN = JUSTIFY> On fuyait plus vite, la neige plus dure; et jusqu’ Dieppe, pendant les longues heures mornes du voyage, travers les cahots du chemin, par la nuit tombante, puis dans l’obscurit profonde de la voiture, il continua, avec une obstination f son sifflement vengeur et monotone, contraignant les esprits las et exasp suivre le chant d’un bout l’autre, se rappeler chaque parole qu’ils appliquaient sur chaque mesure.

Boule de suif 3

Des petits points de feu parurent en avant sur la route. C’ T On avait march onze heures, ce qui, avec les deux heures de repos laiss en quatre fois aux chevaux pour manger l’avoine et souffler, faisait quatorze. On entra dans le bourg, et devant l’h du Commerce on s’arr ALIGN = JUSTIFY>

La porti s’ouvrit. Un bruit bien connu fit tressaillir tous les voyageurs: c’ les heurts d’un fourreau de sabre sur le sol. Aussit la voix d’un Allemand cria quelque chose.

Bien que la diligence f immobile, personne ne descendait, comme si l’on se f attendu massacr la sortie. Alors le conducteur apparut, tenant la main une de ses lanternes, qui subitement jusqu’au fond de la voiture les deux rangs de t effar dont les bouches ouvertes et les yeux de surprise et d’ ALIGN = JUSTIFY>

A c du cocher se tenait, en pleine lumi un officier allemand, un grand jeune homme excessivement mince et blond, serr dans son uniforme comme une fille en son corset, et portant sur le c sa casquette plate et cir qui le faisait ressembler au chasseur d’un h anglais. Sa moustache d longs poils droits, s’amincissant ind de chaque c et termin par un seul fil blond, si mince qu’on n’en apercevait pas la fin, semblait peser sur les coins de sa bouche, et, tirant la joue, imprimait aux l un pli tombant.

Il invita en fran d’Alsacien les voyageurs sortir, disant d’un ton raide: « Foulez vous descendre, Messieurs et Dames? »

Les deux bonnes soeurs ob les premi avec une docilit de saintes filles habitu toutes les soumissions. Le comte et la comtesse parurent ensuite, suivis du manufacturier et de sa femme, puis de Loiseau poussant devant lui sa grande moiti Celui ci, en mettant pied terre, dit l’officier: « Bonjour, Monsieur », par un sentiment de prudence bien plus que de politesse. L’autre, insolent comme les gens tout puissants, le regarda sans r ALIGN = JUSTIFY>

Boule de suif et Cornudet, bien que pr de la porti descendirent les derniers, graves et hautains devant l’ennemi. La grosse fille t de se dominer et d’ calme: le d tourmentait d’une main tragique et un peu tremblante sa longue barbe rouss Ils voulaient garder de la dignit comprenant qu’en ces rencontres l chacun repr un peu son pays; et, pareillement r par la souplesse de leurs compagnons, elle t de se montrer plus fi que ses voisines, les femmes honn tandis que lui, sentant bien qu’il devait l’exemple, continuait en toute son attitude sa mission de r commenc au d des routes.

On entra dans la vaste cuisine de l’auberge, et l’Allemand, s’ fait pr l’autorisation de d sign par le g en chef et o mentionn les noms, le signalement et la profession de chaque voyageur, examina longuement tout ce monde, comparant les personnes aux renseignements ALIGN = JUSTIFY>

Puis il dit brusquement: « C’est pien », et il disparut.

Alors on respira. On avait faim encore; le souper fut command Une demi heure n pour l’appr et, pendant que air max femme pas cher deux servantes avaient l’air de s’en occuper, on alla visiter les chambres. Elles se trouvaient toutes dans un long couloir que terminait une porte vitr marqu d’un num parlant.

Enfin on allait se mettre table, quand le patron de l’auberge parut lui m C’ un ancien marchand de chevaux, un gros homme asthmatique qui avait toujours des sifflements, des enrouements, des chants de glaires dans le larynx. Le comte s’approcha:

« Vous air max 90 pas cher avez tort, Madame, car votre refus peut amener des difficult consid non seulement pour vous, mais m pour tous vos compagnons. Il ne faut jamais r aux gens qui sont les plus forts. Cette d assur ne peut pr aucun danger: c’est sans doute pour quelque formalit oubli ALIGN = JUSTIFY>

Tout le monde se joignit lui, on la pria, on la pressa, on la sermonna, et l’on finit par la convaincre; car tous redoutaient les complications qui pourraient r d’un coup de t Elle dit enfin:

« C’est pour vous que je le fais, bien s ALIGN = JUSTIFY>

Elle sortit. On l’attendit pour se mettre table. Chacun se d de n’avoir pas demand la place de cette fille violente et irascible, et pr mentalement des platitudes pour le cas o on l’appellerait son tour.

Mais au bout de dix minutes elle reparut, soufflant, rouge suffoquer, exasp Elle balbutiait: « Oh la canaille! la canaille! »

Tous s’empressaient pour savoir, mais elle ne dit rien; et, comme le comte insistait, elle r avec une grande dignit « Non, cela ne vous regarde pas, je ne peux pas parler. »

Alors on s’assit autour d’une haute soupi d’o sortait un parfum de choux. Malgr cette alerte, le souper fut gai. Le cidre bon, le m Loiseau et les bonnes soeurs en prirent, par Les autres demand du vin; Cornudet r de la bi Il avait une fa particuli de d la bouteille, de faire mousser le liquide, de le consid en penchant le verre, qu’il ensuite entre la lampe et son oeil pour bien appr la couleur. Quand il buvait, sa grande barbe, qui avait gard la nuance de son breuvage aim semblait tressaillir de tendresse; ses yeux louchaient pour ne point perdre de vue sa chope, et il avait l’air de remplir l’unique fonction pour laquelle il n On e dit qu’il en son esprit un rapprochement et comme une affinit entre les deux grandes air max bw pas cher passions qui occupaient toute sa vie: le Pale Ale et la R et assur il ne pouvait d l’un sans songer l’autre.

M. et Mme Follenvie nike air max bw d tout au bout de la table. L’homme, r comme une locomotive crev avait trop de tirage dans la poitrine pour pouvoir parler en mangeant; mais la femme ne se taisait jamais. Elle raconta toutes ses impressions nike air max l’arriv des Prussiens, ce qu’ils faisaient. ce qu’ils disaient, les ex d’abord, parce qu’ils lui co de l’argent, et, ensuite, parce qu’elle avait deux fils l’arm Elle s’adressait surtout la comtesse, flatt de causer avec une dame de qualit ALIGN = JUSTIFY>

Puis elle baissait la voix pour dire les choses d et son mari de temps en temps, l’interrompait: « Tu ferais mieux de te taire, madame Follenvie. » Mais elle n’en tenait aucun compte, et continuait: « Oui, Madame, air max 90 ces gens l ne fait que manger des pommes de terre et du cochon, et puis du cochon et des pommes de terre. Et il ne faut pas croire qu’ils sont propres. Oh non! Ils ordurent partout, sauf le respect que je vous dois. Et si vous les voyiez faire l’exercice pendant des heures et des jours; ils sont l tous dans un champ: Et marche en avant, et marche en arri et tourne par ci, et tourne par l S’ils cultivaient la terre au moins, ou s’ils travaillaient aux routes dans leur pays! Mais non, Madame, ces militaires, n’est profitable personne! Faut il que le pauvre peuple les nourrisse pour n’apprendre rien qu’ massacrer! Je ne suis qu’une vieille femme sans c’est vrai, mais en les voyant qui s’esquintent le temp pi du matin au soir, je me dis: Quand il y a des gens qui font tant de d pour utiles, faut il que d’autres se donnent tant de mal pour nuisibles! Vraiment, n’est ce chaussure nike air max pas une abomination de tuer des gens, qu’ils soient prussiens, ou bien anglais, ou bien polonais, ou bien fran Si l’on se revenge sur quelqu’un qui vous a fait tort, c’est mal, puisqu’on vous condamne; mais quand on extermine nos gar comme du gibier, avec des fusils, c’est donc bien, puisqu’on donne des d celui qui en d le plus? Non, voyez vous, je ne comprendrai jamais ALIGN = JUSTIFY>

« La guerre est une barbarie quand on attaque un voisin paisible; c’est un devoir sacr quand on d la patrie. »

La vieille femme baissa la t quand on se d c’est autre chose; mais si l’on ne devrait pas plut tuer tous les rois qui font pour leur plaisir? »

Bose Companion 50

Le caisson est toujours là pour rassembler la connectique. C’est ici que l’on constate la différence majeure avec l’ancienne version: la disparition de la connexion USB au profit d’un simple et unique port mini jack 3,5mm. Malheureusement, le fabricant n’en a même pas profité pour ajouter un autre entrée directement sur le caisson (du RCA, par exemple, ou bien encore le Bluetooth). Heureusement, la petite télécommande filaire est toujours présente pour apporter une autre entrée mini jack et une sortie casque, mais il est franchement regrettable de ne retrouver aucune connexion numérique, sans fil ou filaire. Autre subtilité qui peut surprendre, le kit ne différencie pas les signaux entrants sur les deux entrées mini jack; les sources seront donc jouées toutes les deux.

La configuration du kit est toujours aussi rapide, tout comme la prise en main. Des petits repères facilitent la connexion des différents éléments. La commande filaire permet de contrôler air max enfant le volume, d’allumer et de mettre en veille le kit. Le potentiomètre de volume en forme d’anneau offre un contrôle agréable et relativement précis. Attention toutefois, la course est rapide et peut vous surprendre surtout vos tympans si vous n’y allez pas avec parcimonie.

On observe la disparition du commutateur d’allumage à l’arrière du subwoofer. Une fois branché au secteur, le kit est automatiquement alimenté. L’activation est confirmée par une petite indication sonore.

Le Companion 50 reste fidèle à la philosophie sonore du Companion 5. Ce kit PC délivre un rendu sonore riche et flatteur, avec une excellente largeur stéréophonique, mais il ne fait pas vraiment dans la dentelle. Même si la courbe de réponse en fréquence montre une belle linéarité, le Companion 50 met en réalité un peu plus en avant les graves et les aigus.

Mesure de la réponse en fréquence: sans réglage (noir), avec réglage du subwoofer (vert), caisson au plus bas (violet)

D’un côté, les graves sont diffus, massifs et profonds, mais on aurait aimé plus de lisibilité et de détail. Il est possible d’équilibrer un peu mieux cette zone en les réduisant d’un iota via le potentiomètre à l’arrière du caisson (à air max femme pas cher 45% dans notre cas). Cela permet de détacher un peu mieux les différents éléments sur les morceaux chargés en sources musicales. En outre, notons la remarquable gestion du cross over entre le caisson et les satellites.

De l’autre côté du spectre, on perçoit une tendance sonore brillante et métallique qui peut devenir très importante au dessus de 75% du volume, notamment sur les claps, les cymbales ou encore les attaques de cordes. Dans ces conditions, le Companion 50 flirte souvent avec les sifflantes. Certains de nos morceaux de test naturellement agressifs et axés sur cette zone (The Dillinger Escape Plan Fix Your Face pour ne citer que celui ci) deviennent éprouvants à écouter. Dans ce cas, on revient vite à un niveau d’écoute plus doux pour calmer les ardeurs de la bête. On apprécie aussi la remarquable sensation de présence sonore.

Mesure du Taux de Distorsion Harmonique exprimé en pourcentage

Tout comme le Companion 5, le Companion 50 propose une belle immersion sonore, tant par la restitution dans le grave que par la très belle largeur stéréophonique. Il est toutefois dommage que les différentes couches du mix ne soient pas plus facilement déchiffrables, surtout au centre de la scène.

Mesure de la réponse impulsionnelle: latence de communication en filaire

Petit détail amusant, notre mesure de la réponse impulsionnelle montre un léger retard même en analogique, heureusement imperceptible. Il s’agit très certainement là air max classic de l’impact des traitements des DSP sur le rendu sonore.

Les tarifs de ces kits me font toujours un peu peur, car on peut se monter des machins simples en stéréo, neuve ou d’occase qui permettent de mettre un premier pied à l’étrier et qui offrira un rendu plus convaincant, de mon point de vue. (par exemple ampli entrée de gamme marantz à 250 euros + 2 enceintes biblio Kef en neuf)

Je trouve le rendu des Kits PC globalement médiocre quand on est autour de l’écran, et mauvais une fois qu’on veut sonoriser une (petite) pièce, mais j’ai plus vraiment essayé depuis les ensemble Harman kardon pour mac et les Z5500, ce qui a d’ailleurs tendance à me donner des poussées d’arthrite. Ca a peut être réellement évolué en profondeur (à tous les sens du terme).

Bose n’a pas intégré de DAC (qui permet d’éviter les cartes son médiocre de nos cartes mères), raison pour laquelle j’ai pris le Focal XS.

Le seul problème que je lui trouve est l’absence de sortie Jack pour profiter de ce DAC avec un casque, et d’une entrée numérique supplémentaire.

Cependant, le rendu sonore est assez incroyable, ainsi que la restitution même à haut niveau d’écoute, largement suffisant pour sonoriser une grande pièce (30 40m).

Ce genre de produit devrait avoir un DAC, une sortie casque qui en profite, et une entrée numérique (en plus de l’USB) pour être véritablement polyvalent.

Bose n’a pas intégré de DAC (qui permet d’éviter les cartes son médiocre de nos cartes mères), raison pour laquelle j’ai pris le Focal XS.

Le nike air max pas cher seul problème que je nike air max classic bw lui trouve est l’absence de sortie Jack pour profiter de ce DAC avec un casque, et d’une entrée numérique supplémentaire.

Cependant, le rendu sonore est assez incroyable, ainsi que la restitution même à haut niveau d’écoute, largement suffisant pour sonoriser une grande pièce (30 40m).

Ce genre nike air max 90 pas cher de produit devrait avoir un DAC, une sortie casque qui en nike air max 90 pas cher profite, et une entrée numérique (en plus de l’USB) pour être véritablement polyvalent.